Un bébé… le temps de la grossesse…

Aujourd’hui, le choix d’avoir un enfant quand on veut est offert par les moyens de contraception et s’inscrit dans un contexte de liberté…          Cela pose la question du désir, du « projet d’enfant » et de l’inscription de l’homme, de la femme, du couple dans la préméditation consciente et inconsciente de cet enfant.

Les parents vont préparer pendant la grossesse un « nid biologique et psychique » à l’enfant à naître. C’est pour eux un temps essentiel, d’abord d’introspection puis de préparation à l’accueil de l’autre, de leur bébé, un passage tout doucement de deux à trois.

Cette annonce de la grossesse trace aussi un cheminement biographique intime et personnel… L’auteure principale, c’est la jeune femme qui devient maman…La maternité est déjà inscrite dans son histoire. Alors, la nidification maternelle commence par une révision de soi, sous l’éclairage de son histoire générationnelle… cela explique aussi, en dehors de l’impact physiologique de la grossesse, pourquoi la future mère, dès les premières semaines, passe du temps à dormir et à rêver.

Ce cheminement intime, dans le mouvement du processus psychique de la grossesse fait resurgir des traces « bonnes » ou « mauvaises » enfouies dans l’inconscient.                                      « Et pour celles dont les blessures sont profondes et mal cicatrisées, la grossesse est l’occasion d’émettre des signaux de détresse »  Sylvain Missonnier Psychanalyste, Professeur en psychologie , service Périnatalité.                                                                                                                 Aujourd’hui, le suivi médical peut s’articuler autour d’espace de dialogue avec des psychologues. Prendre le temps d’écouter cette future mère et de repérer d’éventuels troubles anxieux…

Le futur père ne doit pas être oublié, lui aussi, confronté à ce travail de mémoire, peut traverser de redoutables tempêtes…Les réactions du père avant et après la naissance engendrent quelques bouleversements que l’on qualifie de  » couvade « …perturbé par le caractère énigmatique de la maternité, il peut  lui aussi, accumuler des ennuis de santé, des douleurs , une prise de poids…etc…

Etre enceinte, n’est pas une histoire solitaire, il faut être deux pour faire un bébé…              L’haptonomie, permet au père, par le toucher du foetus au travers du ventre de sa  femme, d’être dans une proximité affective avant même la naissance de son tout-petit.

Les visages de la dépression chez l’enfant et l’adolescent

Très longtemps, la dépression de l’enfant et de l’adolescent ne put être envisagée tant ces périodes de vie étaient associées à l’insouciance de l’enfance et de la jeunesse…

Si chez l’adulte, la mélancolie, la tristesse peuvent évoquer une sémiologie dépressive, chez l’enfant et l’adolescent, on évoquera l’irritabilité excessive, la perte de l’estime de soi, les difficultés de concentration, d’apprentissage…. etc…                                                        et chez le bébé, les troubles des grandes fonctions vitales ( alimentation, sommeil,….etc…et les difficultés d’interactions  ( retrait, expression figée…etc…).

Journées de Formation APPEA                                                                                                          http://www.appea.org  –  Paris 13ème

L’écoute et la parole…pour grandir

Le « Jardin Couvert » à Lyon est un lieu d’accueil, d’écoute et de paroles pour les jeunes enfants accompagnés de leurs parents ou d’un adulte familier.

SAMEDI 8 AVRIL  2017

Les Accueillants et Jean-Pierre LEBRUN psychanalyste présenteront le livre…

« Une parole pour Grandir »        Ed. Erès.     Enfance et Parentalité

« Des moments vécus au Jardin Couvert constituent la matière de ce livre. Ils font entendre combien, pour grandir, il est important qu’enfants, parents et accueillants* se laissent guider par la parole et par ce que parler implique. »

* Les accueillants sont tous des professionnels de l’enfance.

 

Winnicott

Médecin pédiatre, psychanalyste, thérapeute, au travers de ses écrits, Donald Winnicott nous montre son cheminement personnel et professionnel.

Il nous rapporte ses observations sur le développement de l’enfant et montre le rôle capital de son environnement dans son évolution. Cet environnement , qui facilite les processus de maturation peut avoir une importance étiologique s’il se montre défaillant ou traumatisant. Il accorde donc une place à l’environnement dans lequel évolue le sujet en souffrance ( bébé, enfant, adolescent….)

Winnicott apporte-t-il des outils de pensée aux thérapeutes d’aujourd’hui, confrontés à des demandes où le temps du soin psychique est incompatible avec l’instantanéïté des relations de notre monde contemporain….

« De la pédiatrie à la psychanalyse » D.Winnicott  chez Payot

Formation: Congrès international de l’IWA   – Juin 2017 – Paris 4 eme

Autour de la naissance

La période périnatale est un moment exceptionnel dans la vie de tout futur parent mais peut aussi avoir des incidences particulières pour la suite…

Surmédicalisation de la grossesse, de l’accouchement, souci de perfectionnement peuvent transformer ce temps et en faire une épreuve singulière…

Respect du protocole médical bien sûr, mais attention à ne pas agir parfois au détriment de l’aspect humain. Grossesse et accouchement sont des processus humains à prendre en compte naturellement par les professionnels.

Une future mère qui ne peut participer à aucune décision médicale la concernant ou concernant son bébé peut perdre confiance dans ses capacités.

Répercussions sur sa capacité future à accueillir son nouveau-né et sur son nouveau rôle de mère. Les relations précoces mère-enfant se jouent durant la gestation et dès la naissance. Le contact  » peau à peau » dès la naissance facilite la création du lien.

Pour la maman, les processus hormonaux libèrent l’ocytocine…

Une  » peau psychique » se crée entre les deux…

Pour le bébé, ce « peau à peau » favorise son sentiment de sécurité émotionnelle, de meilleur développement cognitif pour la suite.

Aujourd’hui, le « peau à peau » devient une pratique courante d’accueil du nouveau-né.

Le deuil

Les deuils du présent réactivent les pertes précédentes…décès d’êtres chers, absences, mais aussi abandons, ruptures amoureuses, exil ou cessation d’activité….

Ces douloureuses épreuves que l’on traverse dans sa vie témoignent des ressources personnelles qui nous permettent de les surmonter…

Lors d’un nouveau deuil, ces blessures anciennes réapparaissent…et doivent être entendues…

L’écoute par un professionnel peut alors s’avérer nécessaire.

Formation AGAPA Paris 17 eme

« Le deuil périnatal »