Informations

Les Compétences du Bébé

Depuis plusieurs années, grâce aux observations et recherches, nous connaissons de mieux en mieux la sensorialité des bébés et les compétences que développent les nourrissons dès les premières semaines… La communication  parents/bébé passe essentiellement par le toucher…mais on constate que les nouveaux-nés montrent une prédisposition innée pour réagir aux signaux sociaux (odeur, voix, regard, expression du visage…etc…)

Vers 3 ou 4 mois, en même temps que se développent sa vision de loin et sa capacité de préhension, le bébé voit ses interactions sociales évoluer: jeu autour d’un élément extérieur, jouet, bruit de bouche, jeu de stimulation corporelle comme les jeux de chatouille, comptines gestuelles, jeux d’imitation…

Plus tard le bébé va solliciter l’adulte pour avoir l’objet qu’il ne peut pas attraper seul soit par un regard soit par un geste de pointage en direction du jouet… Puis vers 10 mois, le développement de l’attention conjointe s’observe aussi quand le bébé commence à donner un objet aux personnes de son entourage… un jeu de réciprocité s’ amorce: « je te donne, tu me rends « , de même «  j’apparais, je me cache » avec le jeu du coucou,me voilà . Puis l’ enfant s’investit de plus en plus dans les interactions sociales, dans l’imitation faciale des adultes, dans les pitreries… Viendront ensuite  tous les jeux de fiction partagés, la reconnaissance dans le miroir (vers 18 mois) . Chez les bébés, les activités motrices participent également au développement des fonctions cognitives. A la naissance, le cerveau du bébé possède déjà 100 milliards de neurones.

Avec les compétences innées, le bébé est très rapidement sensibilisé à son environnement langagier. Vers la fin de la 1 ère année, l’enfant commence à utiliser des mots , du moins des sons qui s’en rapprochent, l’ adulte peut l’aider à progresser en répétant, en prononçant les mots justes, l’adulte donne ainsi à l’enfant la version correcte du mot et encourage aussi ses efforts. Les parents aident de façon intuitive leurs enfants en utilisant un langage simple, clair, répétitif et riche en contrastes intonatifs.

A cet égard, la lecture partagée apparaît comme une activité particulièrement riche, pour élargir le lexique du bébé et l’apprentissage du langage, dans une relation affective et sécurisante de plaisir partagé.

Les livres pour bébé sont très souvent adaptés à cette activité de lecture partagée avec des dessins simples, des couleurs franches, une valeur symbolique de l’image en tant que représentation d’un objet réel….Lire des livres au bébé favorise leur développement linguistique et  cognitif .

Dans ce contexte parents/bébés, c’est dans un moment d’attention conjointe que le parent a recours à la dénomination des formes, objets, personnages…etc… qu’il renchérit sur les vocalises de son enfant, parle des pensées, des émotions des personnages ou des animaux du livre…

Des études de chercheurs ont révélé que les enfants qui lisent régulièrement des livres avec leurs parents ont par la suite un meilleur niveau de langage et de lecture plus tard, quelles que soient leurs origines.

Plus le rituel de la lecture est instauré tôt, plus l’enfant prendra l’initiative de regarder des livres et de les partager avec d’autres, dans le plaisir de la découverte et de l’échange.

Publicités

Journées de Formation à Paris…

La Prématurité par Catherine VANIER , Psychanalyste en service de néo-natalité

La naissance prématurée est brutale et inattendue, elle provoque un arrêt violent de l’état de grossesse, elle isole le bébé du monde extérieur. Les visites des parents en service de néonatalogie sont éprouvantes. Cette mère de bébé prématuré se sent trahie par son corps de n’avoir pu mener sa grossesse à terme. Comment soulager la souffrance du bébé prématuré et de sa mère ?…

Mais chaque naissance est un miracle par Myriam SZEJER, Pédopsychiatre , Psychanalyste – Association  » La cause des Bébés »

Le nouveau-né a un désir de communiquer, c’est un être parlant, pour cela il a besoin des mots de ceux qui l’entourent…. La solitude est toujours néfaste pour une jeune mère…. Comment le psychanalyste, le psychologue peut-il aider une mère au moment de la naissance ?…

Une naissance traumatique par Monique PRIEUR-BERTRAND , Psychologue clinicienne, Psychanalyste

Parfois la naissance peut être traumatique…. une dépression accompagne la grossesse et perdure au-delà….. Les silences ou des paroles inappropriées accablent le bébé…. la dépression peut atteindre le nourrisson à son tour…le thérapeute doit trouver les mots qui vont soulager le bébé… Il arrive aussi qu’un déni de grossesse engendre un accouchement et une naissance traumatique du bébé….

Journées de formation des 22 et 23 Mars 2018 –                                                                      Séminaires Psychanalytiques de Paris – Espace Reuilly

Conférence : La place d’un père aujourd’hui…

« Comment y a t-il un « papa » et une « maman » pour un enfant ?  Quel est -il donc ce papa ? Qui est-il dans les configurations familiales et conjugales actuelles ? Peut-on penser et vivre des modes renouvelés d’être et de devenir père ?  »

Ce sont des questions parmi d’autres qu’il nous faudra affronter…

Journée de réflexion et de formation le Samedi 24 Mars 2018 ( 10 h à 17 h )                   avec :

Joël CLERGET   Psychanalyste, praticien en Haptonomie pré et post natale

Claire MESTRE  Psychiatre, Psychothérapeute

Fabrice TOULIEUX  Docteur en Droit

Lieu :  Couvent de la Tourette  69210 – EVEUX

La sexualité du jeune enfant

La sexualité du jeune enfant se construit entre curiosité et exploration. Elle débute avec la sensorialité du nourrisson , qui se développe déjà in utero avec le premier sens « du toucher », jusqu’à la découverte de la différence des sexes.

C’est le développement normal des enfants à cet âge-là, dans la phase des 0-3ans. L’adulte doit avoir une réaction adaptée lors de la manifestation des comportements sexuels de son enfant.

La construction de la sexualité des enfants passe par différentes phases…             – la phase orale : la bouche est une zone érogène importante, sucer, mordiller, goûter…. avec les sensations physiques que le bébé éprouve lors de l’ allaitement, du peau à peau, du toucher ( premier sens déjà développé in utero) au travers des câlins, des massages, c’est déjà un développement de la sensualité. La découverte des organes génitaux se fait ensuite entre 8 et 12 mois.

Puis vient : – la phase anale , c’est l’étape du contrôle des sphincters où l’enfant découvre d’autres sensations, du contrôle sur lui-même, sur ce qu’il veut bien donner ou pas, il exprime ses désirs et ses besoins, et sa capacité de dire non, c’est aussi le temps de l’ apprentissage de la propreté.

Enfin, l’enfant s’intéresse aux différences anatomiques, aux différents orifices du corps et à leur fonction ( pipi, caca)… il peut être exhibitionniste, vouloir se promener tout nu… C’est à ce moment-là que l’on peut dire à son enfant que son corps lui appartient mais qu’il ne doit pas se montrer nu devant tout le monde… C’est aussi la période où il vous demandera d’où viennent les bébés.

Nous avons vu plus haut que le bébé découvrait ses parties génitales en explorant son corps. Il répètera les sensations qu’il a trouvées agréables et recherchera ces différentes sensations au travers de la masturbation, soit par plaisir, soit pour se détendre, ou parce qu’il s’ennuie. Comme il se frotte le nez avec son doudou pour se réconforter, il pourra faire la même chose avec son sexe. L’ important est de dire que cela est normal mais que ces parties de son corps sont intimes, qu’elles lui appartiennent, qu’il peut faire cela dans sa chambre et aussi qu’elles ne doivent pas être touchées par des adultes ou des enfants plus âgés.

Comment répondre aux questions de son jeune enfant à propos de la sexualité ?                                                                                                                              – utiliser les mots justes concernant le nom des organes génitaux : pénis, vulve, vagin en fonction de l’ âge de l’enfant                                                                               – être à l’écoute de son enfant, créer un climat de confiance                                        – donner des réponses adaptées à son âge mais des réponses justes, sans repousser les explications… si l’on répond  de façon juste et appropriée, l’enfant continuera à se tourner vers son parent adulte référent, plus tard pour parler de la sexualité à l’adolescence, plutôt que d’aller sur internet chercher des informations qui pourraient le blesser psychiquement.

 

Dans le cadre de nos soirées à thème, nous proposerons à nouveau des moments d’échange autour de la sexualité des enfants et des adolescents.

 

 

Après le cancer…

L’après-maladie est une période de grande vulnérabilité pour le patient, confronté à des séquelles physiques, des perturbations de son image corporelle, ainsi qu’à des troubles émotionnels et anxieux.

La rémission de la maladie est considérée comme une injonction à continuer sa vie. Mais les temporalités ne sont pas les mêmes, entre temporalité médicale et temporalité psychologique, le patient ressent chez lui une détresse émotionnelle, parfois conflictuelle  » je ne suis plus malade, alors pourquoi je me sens mal ».

Ce temps de la rémission est souvent marqué par la peur d’être à nouveau malade, l’ incertitude quant à l’avenir, le syndrome de l’épée de Damoclès et le risque de rechute. En effet, la souffrance psychologique n’est pas toujours reconnue ni acceptée par l’entourage, dans le milieu professionnel, alors que le patient est considéré ne plus être malade. Il a besoin d’être reconnu et accompagné.

Les patients peuvent alors venir consulter, envoyés par les soignants ou les médecins qui nous sollicitent ou bien faire cette démarche par eux-mêmes. L’empathie et l’alliance thérapeutique qu’ils trouvent dans ces consultations psychologiques et thérapeutiques leur permettront de se réapproprier leur histoire, d’accéder à différentes formes de soins esthétiques, diététiques et/ ou d’activités physiques (yoga, sophrologie..etc…)

Conférence

L association EPAS propose le Vendredi  17 novembre 2017 à 19h  30

Une Conférence  » Fantasme de grossesse et désir  d enfant  »

Par Marie -Laure Balas

Psychologue et Psychanalyste

Amphithéâtre Henri Guillemin, cours Moreau à  MACON

« Juste entre nous » Le café des femmes et des couples…

Le café des femmes et des couples « Juste entre nous » initié pour la première fois dans le cadre des actions d’ « Octobre rose » poursuit son chemin…

Des soirées avec des thèmes différents seront proposées environ toutes les 6 semaines de 19 h30 à 21 h au Cabinet médical, 2 rue Blanche- Tournus.

20 /11/17 : Homme, Femme, une libido différente…

8/01/18 : Aborder la sexualité avec les enfants

19/02/18 : Préserver votre vie intime avec vos enfants

9/04/18 : De l’enfant-roi à l’enfant tyrannique… les caprices, les limites…

28/05/18 : Violences conjugales, harcèlement…

25/06/18 : L’amour sur internet, fantasmes et dérives

Une participation vous sera demandée.